Annonces
28 juillet 2020

Les Nations Unies appellent à renforcer le soutien aux communautés autochtones d'Amazonie

The official UNSDG logos for UNCT teams: Brazil, Colombia and Peru.

Bogota, Brasilia, Lima, le 27 juillet 2020 -  Les Nations Unies en Colombie, au Brésil et au Pérou lancent un appel à renforcer l’appui à la région amazonienne et la réponse à la crise de la COVID-19, alors que le virus continue à s’y propager, touchant une grande partie des communautés autochtones.

Le nombre de cas de contaminations et de décès dus au COVID-19 augmente rapidement en Amérique latine. Au 22 juillet, le continent a enregistré plus de 7.948.513 cas et 317.962 décès. La situation est donc particulièrement préoccupante pour les milliers de personnes qui vivent en Amazonie, notamment pour les près de 170.000 habitants vivant le long de la frontière entre le Brésil, la Colombie et le Pérou, qui, pour la plupart appartiennent à des communautés autochtones et chez qui les taux d'incidence de la maladie sont parmi les plus élevés. En raison de la pandémie et en dépit des efforts déployés par les trois gouvernements pour répondre à la crise, les craintes se multiplient quant à la capacité des établissements de soins à faire face à la situation et à sauver la vie des personnes touchées. La situation est exacerbée après plusieurs mois de mesures de quarantaine strictes visant à atténuer la propagation du virus dans certaines régions. Ces mesures ont eu de graves conséquences socio-économiques qui ont déclenché une situation de faim généralisée, en affectant la sécurité alimentaire, l'état nutritionnel et les moyens de subsistance de nombre de ces communautés déjà vulnérables et en exacerbant les inégalités entre les sexes. 

En Colombie, grâce aux mesures d'isolement et de quarantaine et à la mise en œuvre du plan d'urgence élaboré par le ministère de la santé et de la protection sociale, et avec le soutien technique de l'OPS, le taux de reproduction du virus dans les régions colombiennes de l'Orénoque et de l'Amazonie est passé de 3,60 à 0,40, ce qui démontre l'efficacité des mesures prises. Dans la capitale de l'Amazonie colombienne, 90,9 % des patients ont guéri et 4,4 % sont traités à domicile, 6 patients sont hospitalisés et 6 sont pris en charge en unité de soins intensifs. Les Nations Unies en Colombie ont également pu offrir une première ligne de réponse rapide sur ce territoire, après le déploiement d'équipes chargées de réaliser des évaluations dans la région. Avec l’appui de l'OPS, 4 médecins et 3 infirmières ont pu être recrutés et l'hôpital San Rafael de Leticia a pu recevoir des ventilateurs, du matériel médical et des médicaments, ainsi que des équipements de protection individuelle. En outre, une "capsule d'isolement" a été livrée à l'armée de l'air colombienne pour permettre le transfert de patients se trouvant dans un état critique. Le PAM a organisé trois vols en Colombie pour déployer des travailleurs humanitaires et livrer de 44 tonnes de nourriture et de trousses d'hygiène de l'UNICEF et de l'OIM. Ces produits ont été distribués à quelque 9.500 personnes en Amazonie, n'atteignant qu'une partie de la population la plus touchée et ayant besoin d'une aide humanitaire. 

Au Brésil, l'OPS/OMS a apporté un appui technique au ministère de la santé pour l'élaboration d'un plan d'urgence national pour les communautés autochtones dans le cadre de la pandémie de COVID-19. Une série d'actions ont été menées dans les États de Roraima et d'Amazonas afin de renforcer la capacité des services de santé prenant en charge les communautés autochtones. Cela s’est traduit notamment par l'extension des unités de soins intensifs et la distribution de matériel de protection au personnel médical, ainsi que par la distribution de trousses d'hygiène, de nourriture et de vaccins et la communication d’information sur les mesures de protection dans les langues locales. 

Au Pérou, l’ONU prépare une stratégie d'intervention d’urgence pour venir en aide aux populations autochtones de Loreto et des districts frontaliers du Brésil et de la Colombie. Cette stratégie doit comprendre trois volets : sanitaire, humanitaire et de relèvement rapide. L'ONU mène déjà des actions en faveur des populations autochtones d'Amazonie. L’ONU a fourni plus de 40 concentrateurs d'oxygène et équipements de protection individuelle (EPI) en coordination avec le commandement national de la lutte contre la COVID-19, le ministère de la santé, les communautés autochtones et le gouvernement régional de Loreto. L’ONU apporte également une assistance technique en matière de suivi, par le biais de la cellule de crise dédiée à la gestion de la crise de la COVID-19 et mène des campagnes de communication interculturelle auprès des personnes les plus vulnérables dans la région. 

Malgré ces efforts, la région manque de moyens pour répondre à la crise, car le manque de financements entrave considérablement la capacité des acteurs humanitaires à déployer leurs actions à plus grande échelle pour répondre aux besoins.

"Les actions que nous menons sont complémentaires et nous nous efforçons de surmonter les difficultés logistiques et programmatiques propres à la région, de manière à garantir la protection des droits des peuples autochtones", a déclaré Niky Fabiancic, coordonnateur résident au Brésil. "Nous appelons à une plus grande solidarité internationale pour nous permettre d’amplifier l’aide que nous apportons aux communautés autochtones de la région et de compléter ainsi les efforts nationaux visant à répondre à leurs besoins", a ajouté Igor Garafulic, coordonnateur résident de l’ONU au Pérou.

Les entités de l’ONU présentes dans les trois pays ont collaboré étroitement pour planifier la réponse à apporter aux populations touchées à la frontière entre les trois pays. Ce plan identifie les besoins les plus urgents de la population et détermine les activités essentielles à mettre en œuvre pour y répondre. L’ONU continuera à soutenir les efforts des gouvernements ; et la coordination entre les trois pays sera primordiale pour que les activités planifiées dans la zone frontalière soient menées à bien", a déclaré Jessica Faieta, coordonnatrice résidente de l’ONU en Colombie. Sous réserve de disposer des fonds suffisants, les entités du système des Nations Unies sont prêtes à fournir un soutien en matière de santé et de sécurité, de nourriture, d'eau, d'assainissement et d'hygiène. Les Nations Unies en Colombie, au Pérou et au Brésil réaffirment leur plein engagement à aider les gouvernements et les communautés de la région amazonienne à faire face à la situation générée par la COVID-19 et ses conséquences.  
 

An indigenous woman smiles proudly wearing a t-shirt that reads Voice of the Indigenous women
Photo : UN / Tiago Zenero