Histoires

"Ma voix, l’égalité pour notre avenir" : L'Initiative Spotlight fait entendre la voix des jeunes femmes militantes au Niger


Photo of poet, Hama Daouda  Fatouma, wearing a white polo Spotlight Initiative shirt.
Photo : Spotlight Initiative Niger/Mr Luuf

Qu'ont en commun une scientifique de la NASA, une défenseure des droits des personnes handicapées, une influenceuse, une défenseure des droits des femmes, une sage-femme et deux poètes slam - à part leur sourire radieux ? Ce sont toutes des défenseures engagées qui œuvrent pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles dans leur pays.

Le Niger a le taux de prévalence des mariages d'enfants le plus élevé au monde selon l'UNICEF: 76 % des filles sont mariées avant l'âge de 18 ans et 28 % sont mariées avant l'âge de 15 ans. En 2017, le gouvernement a relevé l'âge de la fin de la scolarité obligatoire pour les filles à 16 ans - une étape importante dans la lutte contre les mariages d'enfants, même s'il reste encore du travail à faire.

À l'occasion de la Journée internationale de la fille, l'Initiative Spotlight, qui est soutenue par l'ONU et l'UE, s'est associée avec sept jeunes militantes. Ces jeunes femmes ne se contentent pas de dénoncer la violence fondée sur le sexe - et notamment les pratiques néfastes telles que le mariage des enfants - mais montrent au monde entier ce qu'il est possible de faire lorsque les filles reçoivent une éducation et bénéficient de chances égales de réussite.

Débora, 24 ans

“Notre rôle en tant que femmes est de nous soutenir les unes les autres", explique Justancia Débora Dianga-Mbembo, étudiante en sage-femme et écrivain. "La violence peut arriver à n'importe laquelle de nos amies ou de notre famille". Débora le sait, car cela lui est arrivé.

Il y a deux ans, elle a vécu une fausse couche à la suite de violences domestiques. Aujourd'hui, elle transforme ses expériences en écriture et espère publier son travail afin d'aider d'autres jeunes femmes et filles qui pourraient se trouver dans une situation similaire. "J'écris beaucoup parce que je crois qu'en tant que filles, nous devons être actrices de notre destin. En élevant la voix, nous assurons un avenir égal à toutes les filles de notre pays", dit-elle. 

Ardente défenseuse des droits des femmes, elle étudie la profession de sage-femme avec l'intention de se spécialiser dans l'obstétrique gynécologique afin de garantir que les filles et les femmes défavorisées aient accès à des services de santé génésique de qualité.

Yasmina, 21 ans

Yasmina Mohamed Boubacar a été élevée dans un orphelinat après le décès de sa mère à sa naissance. Elle comprend bien le pouvoir qu'a l'éducation des filles pour changer leur vie. "J'ai bénéficié de toutes les opportunités possibles pour un enfant, à commencer par une éducation de qualité", dit-elle. "J'ai obtenu mon diplôme de fin d'études secondaires à l'âge de 16 ans et maintenant, en tant que jeune dirigeante, je fais beaucoup de travail communautaire et de sensibilisation sur des questions telles que le mariage des enfants, l'éducation des filles et la violence sexiste".

Aujourd'hui, elle est la secrétaire générale de Taimakon Marayu, une organisation qui aide les orphelins du Niger - dont beaucoup sont des filles vulnérables.

"J'aime voyager dans différents endroits et mettre en place des clubs d'écoute et de sensibilisation pour les filles. Elles ont besoin d'une plateforme pour s'exprimer et simplement partager leurs aspirations", dit-elle. 

Elle a récemment participé à l'émission de radio RFI "7 milliards de voisins" pour parler de l'éducation dans la région du Sahel, et a rencontré le président français lors d'un événement parallèle à la réunion ministérielle conjointe du G7 sur l'éducation et le développement à Paris. 

Nana, 30 ans

Nana Natitia rêve d'un "Niger où les femmes sont protégées contre toutes les formes de violence, et où leur droit à l'éducation ne sera plus une lutte mais une réussite".

L'une des premières choses que l'on remarque chez elle est le turban aux couleurs vives qu'elle porte à la place du hijab ou du foulard, plus courants. Le turban n'est généralement porté que par les hommes, mais c'est l'une des petites façons dont Nana résiste aux attentes des hommes dans sa vie quotidienne. "J'ai demandé si le turban était réservé aux hommes... J'ai décidé de le porter pour embrasser ma culture, ma religion, mon identité", dit-elle.

En plus de s'occuper de trois jeunes enfants, l'entrepreneure sociale trouve toujours le temps de s'engager dans la communauté.

Depuis un an, elle est secrétaire exécutive de Global Dignity Niger, qui vise à autonomiser les femmes vulnérables et les personnes handicapées en améliorant leurs chances d'intégration sociale et en changeant les attitudes publiques néfastes. 

En 2018, elle a participé à la réunion annuelle de l'université Clinton Global Initiative à Chicago pour parler de la création d'un avenir égal pour les femmes et les personnes handicapées.

Fadji, 29 ans

Le Dr Fadji Maina n'est pas étrangère à la rupture des barrières. Après avoir obtenu son doctorat en hydrologie à l'université de Strasbourg à l'âge de 25 ans, elle est devenue la première scientifique nigérienne à rejoindre la NASA. Fadji utilise le calcul haute performance et les données satellitaires pour comprendre l'impact des extrêmes climatiques et des feux de forêt sur les ressources en eau, et témoigne de la nécessité cruciale d'une participation pleine et égale des femmes au développement.

"Nos mères et nos filles méritent un monde meilleur, sans violence, dans lequel elles pourront s'épanouir et utiliser leurs talents et leur extraordinaire potentiel pour contribuer au développement de nos pays", dit-elle. 

Rachida, 26 ans

Rachida Mamadou Oumarou gère plusieurs pages de réseaux sociaux très connues du public féminin et compte 20 000 adeptes sur sa seule page Facebook personnelle. Ce qui motive Rachida, c'est sa mission de donner aux femmes et aux filles les outils dont elles ont besoin pour réussir. L'une de ses pages, Matan Niger (Femmes du Niger), mélange des contenus sur la beauté, la culture et la santé avec des messages sur l'égalité des sexes et des informations sur les droits et les intérêts des femmes.

"Dans tout ce que je fais, je me vois contribuer à un meilleur avenir pour toutes les filles et les femmes de mon pays, car nous sommes son avenir", dit-elle. "C'est l'un de mes plus grands rêves que d'aider les femmes à comprendre la violence et les problèmes qui les touchent, afin que nous puissions améliorer leur vie à tous les niveaux".

Nourratou, 24 ans et Fatouma, 25 ans

Norratou Oumarou Hega et Hama Daouda Fatouma - plus connues sous les noms de Nourath Nourath et Fa.2.Maths.A - sont deux artistes slam de Niamey. Les deux amies utilisent la parole pour discuter de sujets souvent considérés comme tabous au Niger, comme le viol et les mutilations génitales féminines (MGF).

Nourratou a représenté le Niger à plusieurs reprises dans des festivals internationaux, notamment au Togo et au Burkina Faso, et travaille actuellement à la publication d'un recueil de poésie slam intitulé "Mon miroir, ma détresse", qui traite des thèmes de la violence sexuelle, du mariage des enfants et d'autres questions touchant les filles au Niger.

Fatoumata a également été reconnue pour sa forme d'art, en remportant la deuxième Coupe nationale de poésie slam l'année dernière. "Je vois la poésie slam comme une thérapie. Imaginez à quel point il est peu conventionnel pour une jeune femme de mon âge de s'exprimer à travers un art vocal, de parler des abus et de la violence à un public majoritairement masculin et d'avoir toute leur attention”. 

"Nous avons aussi des filles dans le public, qui soit s'informent sur la violence et les questions connexes, soit trouvent un soutien dans nos paroles et comprennent qu'elles ne sont pas les seules à subir une violence cachée... Grâce à la poésie slam, nous pouvons surmonter l'ignorance car l'ignorance fait beaucoup de mal".

Au Niger, l'Initiative Spotlight s'est associée au gouvernement pour prévenir les mariages d'enfants et la violence sexiste par des activités de sensibilisation, la mobilisation des communautés, l'éducation des filles, le soutien institutionnel et l'engagement des chefs religieux et traditionnels.

Produit par l'Initiative Spotlight. Écrit par Fatou Binetou Dia. Cet article est une version adaptée qui a été publiée sur le site de l'ONU au Niger le 11 octobre 2020. Pour lire la version originale de l’article, avec plus de photos et de videos, rendez-vous sur le site de l'Initiative Spotlight. Pour en savoir plus, consultez les sites de l’ONU au Niger et de l’Initiative Spotlight.

 

Autres entités impliquées dans cette initiative
ONU
Nations Unies

Objectifs poursuivis à travers cette initiative