Histoires

Nouvelles du terrain # 28: Lutter ensemble contre notre ennemi commun: la COVID-19


Des riverains et des membres du personnel de l’ONU longent les maisons d’un quartier de la République dominicaine. Ils portent un masque de protection et discutent entre eux en marchant.
Photo : PAM/Marcelle Rodriguez

À l'occasion du 75ème anniversaire le Secrétaire général António Guterres a réitéré son appel à la solidarité mondiale. Il a exhorté les combattants à déposer les armes et à se joindre à un cessez-le-feu mondial. Dans le message qu’il a adressé à l’occasion de la Journée des Nations Unies samedi dernier, le 24 octobre, M. Guterres a déclaré: 

« Le monde entier a aujourd’hui un ennemi commun : la COVID-19. Le moment est venu d’intensifier les efforts de paix pour parvenir à un cessez-le-feu mondial. Le temps presse ». 

Partout dans le monde, les équipes de pays des Nations Unies, qui servent 162 pays et territoires, unissent leurs efforts pour lutter contre la COVID-19 avec les gouvernements et les partenaires. Nous mettons aujourd’hui en lumière certaines des actions menées par nos équipes dans ce contexte. 

Azerbaïdjan/Arménie  

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la poursuite des hostilités entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan entraînera une perturbation directe des soins de santé et fera peser une charge supplémentaire sur des systèmes de santé déjà mis à rude épreuve par la pandémie de COVID-19. Le 6 octobre, l'OMS a qualifié le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan d’urgence de niveau 2. 
 
Les deux pays ont connu récemment une augmentation du nombre de contaminations à la COVID-19. Au 11 octobre, les nouveaux cas enregistrés en Arménie avaient doublé en 14 jours. En Azerbaïdjan, les nouveaux cas ont augmenté d'environ 80% en une semaine. 

L'OMS a fait remarquer que la COVID-19 ne s’arrêtait pas aux frontières ni aux lignes de démarcation et prévenu qu’une escalade du conflit militaire créerait un environnement propice à la propagation du virus.  
 
Voici un autre exemple patent de la nécessité de respecter l'appel du Secrétaire général à un cessez-le-feu mondial. Le cessez-le-feu contribue à créer, dans le monde entier, les conditions nécessaires pour nous permettre d'apporter une aide qui sauve des vies pendant la pandémie de COVID-19 et de redonner espoir aux populations les plus vulnérables. Comme le Secrétaire général l'a souvent indiqué, tant que des humains continueront à se battre contre d'autres humains, le seul gagnant du combat sera le virus de la COVID-19.  
 
L’ONU appelle à nouveau les parties à respecter le cessez-le-feu humanitaire et à engager des discussions constructives avec les coprésidents du groupe de Minsk.  
 
Les équipes de l’ONU en Arménie et en Azerbaïdjan continuent de soutenir la riposte engagée face à la COVID-19 dans les deux pays afin de sauver les vies et de préserver les moyens de subsistance des personnes impactées par la pandémie. L'OMS intensifie son action pour répondre aux besoins sanitaires accrus qu’entraînera inévitablement la poursuite des hostilités. Cette action a notamment pour objectif de renforcer les moyens d’intervention en cas d’accélération de la transmission virale. 

République dominicaine

En République dominicaine, notre équipe, dirigée par le Coordonnateur résident Mauricio Ramírez Villegas, s’emploi à lutter contre la pandémie.   

En collaboration avec des organisations non gouvernementales, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), ont mené une enquête auprès de plus de 6.300 ménages en vue de recueillir des données pour le gouvernement sur l'impact de la pandémie sur l'emploi, la sécurité alimentaire et l'éducation. Les résultats de cette enquête permettront d’aider le gouvernement à mettre au point un programme de relèvement qui, par la mise en place de "filets de sécurité", empêchera les gens de sombrer dans la pauvreté et permettra de renforcer les moyens de subsistance des plus vulnérables.   
 
L'ONU et ses partenaires apportent également leur concours pour la mise en place d'une Cellule de crise sanitaire et d'un Centre de renseignements sur la santé publique avec le soutien de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS)/OMS, du PNUD et de l'Agence des États-Unis pour le développement international.  

Two women prominently hold the food supplies received from the World Food Programme.

Photo : WFP/Marcelle Rodriguez

Les interventions déployées par l’ONU avec le soutien du Programme alimentaire mondial (PAM) et du gouvernement pour faire face à la COVID-19 ont permis de venir en aide à plus de 90.000 personnes vulnérables, parmi lesquelles se trouvent des enfants, des femmes enceintes, des personnes âgées, des personnes handicapées et des personnes vivant avec le VIH-Sida. Les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes handicapées et les personnes vivant avec le VIH font partie des groupes cibles de l’ONU. Le PAM et l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont par ailleurs porté assistance à plus de 1.200 familles d'origine haïtienne en leur distribuant des denrées alimentaires de base. 

République kirghize

Sous la direction du Coordonnateur résident Ozonnia Ojielo, l'Équipe de pays des Nations Unies en République kirghize poursuit sa collaboration avec les autorités pour aider le pays à faire face aux conséquences de la pandémie.   
 
L'OMS a livré au ministère de la santé plus de 1,5 million de masques médicaux fournis par la Fondation "Alibaba" à destination des professionnels de la santé de tout le pays.   

Healthcare workers open boxes of donated syringes and essential supplies to support those of higher risk, including those with diabetes.

Photo : UN Kyrgyz Republic

Par ailleurs, pour remédier aux difficultés engendrées par la pandémie sur les plans de l’approvisionnement et de la distribution, l'ONU a fourni au pays des produits destinés à prendre en charge les patients à risque, en particulier les personnes atteintes de diabète. Grâce à l’argent du “Fonds des Nations Unies pour l’action face à la COVID-19 et pour le relèvement”, l'équipe de l’ONU a fourni au pays, par le biais de l'UNICEF, 4.000 doses d'insuline, un demi-million de seringues à insuline et 230.000 bandelettes de test pour le dosage de la glycémie dans le sang et les urines, ainsi que des récipients pour le recueil des seringues usagées. Ces produits et dispositifs seront distribués à 22 établissements médicaux à travers le pays, y compris dans les zones reculées du territoire. En outre, l'équipe procède actuellement à l’achat de 20.000 doses d'insuline supplémentaires pour couvrir les besoins de 650 enfants et adolescents pendant une année complète. 

Namibie  

L'équipe de l’ONU dirigée en Namibie par le Coordonnateur résident Sen Pang, apporte son appui aux autorités pour les aider à prévenir la propagation de la COVID-19 et à faire face à ses répercussions socio-économiques. L'OMS, avec l'équipe de l’ONU, a obtenu près de 2 millions de dollars pour appuyer la réponse sanitaire en achetant des fournitures médicales et en renforçant les capacités de prise en charge des patients. 

D’autre part, l'équipe de l’ONU a organisé des campagnes d’information sanitaire pour promouvoir l'hygiène et la sécurité, en collaboration avec le Centre d'information des Nations Unies. Avec l’accord du gouvernement, l’ONU a également reprogrammé près de 4 millions de dollars sur le budget total du Cadre de coopération en cours de mise en œuvre pour être en mesure de répondre à la pandémie. Cette reprogrammation budgétaire permet d’assurer la fourniture de services de santé et d'éducation, tout en contribuant à réduire la violence à l'égard des femmes et à renforcer les moyens de subsistance de la population. 
 
Pour protéger l'environnement et les familles qui dépendent de cet environnement pour vivre, plusieurs entités de l’ONU, dont l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'UNICEF, le FNUAP et le PAM ont apporté leur concours à la mise en œuvre d’une riposte nationale face à la sécheresse, tout en s’employant à trouver des solutions pour remédier à l’impact de la COVID-19 sur les populations rurales. Afin que les réserves communales restent ouvertes et que le braconnage et la déforestation soient combattus, le PNUD a lancé une plateforme de commerce électronique pour aider les communautés rurales touchées par le ralentissement de l'écotourisme et leur a fourni une aide en espèces d’un montant avoisinant les 100.000 dollars.  

Sierra Leone

En Sierra Leone, où les écoles ont rouvert en octobre après avoir été fermées pendant six mois, l'équipe de l’ONU, sous la direction du Coordonnateur résident Babatunde Ahonsi, soutient le programme national pour l'alimentation scolaire qui cible 330.000 enfants dans 11 districts.  

UNDP personnel with local government representatives take inventory of the essential supplies donated with support of UNDP.

Légende: Le PNUD a acheté et fait don de produits et matériels d’information aux représentants de l'Union du fleuve Mano et de l'Office de la sécurité nationale pour aider au renforcement de l'hygiène, ainsi qu’à la prévention et au contrôle de l’infection à COVID-19.

Photo : UNDP Sierra Leone/Mohamed Kanu

Depuis le mois de mars, l'ONU aide le pays à faire face à la pandémie. Son action porte principalement sur la fourniture de produits vitaux, notamment de denrées alimentaires pour les femmes, les enfants et les hommes en quarantaine, ainsi que pour les groupes de population les plus vulnérables. L'équipe de l’ONU a en outre facilité le transport de matériel médical vers les structures d’isolement accueillant des patients atteints de la COVID-19. 

L’ONU a également travaillé avec les agriculteurs pour les aider à doubler leur productivité et leurs revenus grâce à des processus de mécanisation et à des projets d'irrigation, tout en soutenant la production alimentaire durable et les pratiques agricoles résilientes, notamment par la diversification des produits alimentaires.  
 
Les experts en communication de l’ONU ont travaillé aux côtés du gouvernement pour l’élaboration d’une stratégie de communication basée sur le constat que les femmes et les hommes sont impactés différemment par la pandémie. Des spécialistes des la problématique hommes-femmes ont également été déployés dans cinq districts afin de s'assurer que les questions de genre soient prises en compte comme un déterminant essentiel de la stratégie de riposte face à la pandémie. 
 
L'équipe de l’ONU continue à aider les autorités à s'assurer que la dimension de genre soit prise en compte dans l’analyse des données de manière à ce que la réponse à la pandémie soit conçue de façon globale et permette de sauver des vies et préserver les moyens de subsistance en ne laissant personne de côté. 

 

Entités de l’ONU impliquées dans cette initiative
FAO
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
OIM
Organisation internationale pour les migrations
RCO
Bureau du(de la) Coordonnateur(trice) résident(e)
ONUSIDA
Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA
PNUD
Programme des Nations unies pour le développement
UNFPA
Fonds des Nations unies pour la population
UNHCR
Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés
CINU
Centre d'information des Nations Unies
UNICEF
Fonds des Nations unies pour l'enfance
PAM
Programme alimentaire mondial
OMS
Organisation mondiale de la santé
Autres entités impliquées dans cette initiative
OPS
Organisation panaméricaine de la santé
ONU
Nations Unies

Objectifs poursuivis à travers cette initiative