Gender Equality & Women's Empowerment banner shows two indigenous women laughing
Égalité des genres et autonomisation des femmes
Photo : © UN Women/Ryan Brown


Valeurs universelles 
Principe 3 : Égalité des genres et autonomisation des femmes


Le travail de promotion de l’égalité femmes-hommes va au-delà de l’exercice purement technique. C’est une action politiquement complexe à mener visant à façonner des comportements et des décisions politiques qui adhèrent au principe d’une distribution équitable des ressources entre les hommes et les femmes, les filles et les garçons. Il s’agit d’appréhender l’impact des normes sociales et des structures de pouvoir sur la vie des différents groupes d’hommes et de femmes et sur les opportunités auxquelles ils et elles sont susceptibles d’accéder. Pour mieux cibler les interventions dans ce domaine, il est important de comprendre qu’hommes et femmes, garçons et filles ne sont pas égaux face à la pauvreté et n’ont pas les mêmes obstacles à surmonter lorsqu’il s’agit d’accéder à des services, à des ressources économiques ou à des opportunités d’engagement politique. Néanmoins, le rôle que la société attribue aux femmes et aux hommes de même que les relations entre femmes et hommes ne sont pas figées: elles évoluent en fonction des circonstances. Si l’on veut atteindre les cibles de l’ODD relatif à l’égalité femmes-hommes et réaliser le Programme 2030, la question de l’égalité entre les sexes doit être placée au premier plan du travail d’élaboration de programmes et de production d’analyses. A moins d’une très large prise en compte des questions de genre dans les politiques publiques, il sera très difficile d’atteindre plus rapidement le reste des ODD.

L’égalité femmes-hommes permet d’atteindre un niveau de développement plus élevé et plus soutenable. La question de l’égalité femmes-hommes n’est pas seulement une question morale et sociale urgente à résoudre : c’est aussi une question économique d’une importance capitale. Si les femmes, qui représentent la moitié de la population active dans le monde, n’atteignent pas leur plein potentiel économique, l’économie mondiale en pâtira. De fait, si les femmes bénéficiaient des mêmes traitements que les hommes sur le marché du travail, l’augmentation du PIB mondial annuel pourrait atteindre 28 milliards de dollars d’ici à 2025, ce qui représenteraient une hausse de 26%. L’inégalité entre les femmes et les hommes a par ailleurs des conséquences indirectes sur l’investissement et la croissance démographique. Ainsi, l’écart de 0,4 à 0,9% estimé entre le taux de croissance en Asie de l’Est et en Afrique subsaharienne d’une part et, d’autre part, entre l’Asie du Sud et le Moyen Orient, est dû à une plus forte prévalence des inégalités entre filles et garçons dans l’éducation, dans ces régions. En outre, l’inégalité entre les genres dans l’éducation freine les progrès en matière de réduction du nombre de grossesses non désirées et d’abaissement des taux de fécondité et de mortalité infanto-juvénile, qui restent élevés. Or, ces derniers éléments compromettent le bien-être de la société dans les pays concernés. De même, les sociétés où les femmes sont encouragées à occuper des postes de premier plan en politique affichent une représentation plus équilibrée des genres dans les écoles et sont globalement plus paisibles et équitables. De fait, un nombre croissant de données empiriques suggèrent que dans les sociétés où les niveaux d’inégalité entre les genres sont plus élevés, le risque de survenue de conflits internes est supérieur.

Légende: Rural Lebanese women weave economic opportunity while conserving the local environment. Produced by UN Women/Fund for Gender Equality


La stratégie d’intégration d’une démarche d’équité entre les sexes en vue d’atteindre l’objectif de l’égalité femmes-hommes fait partie du mandat du/a été confiée au système des Nations Unies depuis l’adoption du Programme d’action de Beijing (1995) et des conclusions 1997/2 concertées du/adoptées par le Conseil économique et social (ECOSOC 1997/2). Ce mandat/cette mission a été par la suite répercuté au niveau des principaux champs d’intervention du système de l’ONU. L’ECOSOC a défini l’intégration d’une démarche d’équité entre les sexes comme une « stratégie visant à incorporer les préoccupations et les expériences des femmes aussi bien que celles des hommes dans l’élaboration, la mise en œuvre, la surveillance et l’évaluation des politiques et des programmes dans tous les domaines - politique, économique et social - de manière que les femmes et les hommes bénéficient d’avantages égaux et que l’inégalité ne puisse se perpétuer. L’intégration d’une démarche d’équité entre les sexes peut se réaliser valablement aussi bien à travers des interventions ciblées que par la mise en œuvre d’opérations intégrées". En savoir plus sur l’intégration d’une démarche d’équité entre les sexes

L'engagement de l’ONU pour la réalisation d’une parité femmes-hommes à l’échelle du système s’appuie sur un cadre législatif et institutionnel solide qui a été élaboré et continuellement renforcé depuis la création des Nations Unies en 1945. Ce cadre normatif comprend la Charte des Nations Unies, la Commission de la condition de la femme (CSW), la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), les résolutions de l’Assemblée générale, la Déclaration de Beijing et le Programme d'action de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes et enfin, plus récemment, le Programme de développement durable à l’Horizon 2030. Davantage d’informations sur le cadre normatif de l’ONU sont disponibles ici

En outre, deux mécanismes internes de responsabilisation ont été instaurés

  • Le Plan d'action à l'échelle du système des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (“ONU-SWAP 2.0”) fournit un cadre de responsabilisation qui établit des normes concertées et définit des approches coordonnées pour chaque entité du système de l’ONU. Le système de notation comprend cinq niveaux et permet à l'entité de l’ONU d’évaluer elle-même son niveau d’avancement par rapport à chaque indicateur, de faire état de ses avancées et de progresser peu à peu vers un excellent niveau de performance. A ce titre, le système de notation est conçu pour aider à promouvoir la prise d’initiatives et l’élaboration de nouvelles orientations ainsi qu’à renforcer la cohérence de l’action.  
     
  • La feuille de résultats SWAP-UNCT relative à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes, est un outil standard destiné à l’autoévaluation, au niveau des pays, des pratiques d’intégration de la perspective de genre et des performances réalisées en la matière. C’est un outil qui vise à responsabiliser les cadres de catégorie supérieure et à améliorer les résultats obtenus par l’UNCT. Basé sur une série d’indicateurs, il implique que la direction élabore une réponse, laquelle peur servir de feuille de route pour l’intégration de la perspective de genre dans le cadre de l’élaboration du plan-cadre de coopération. 

Transversaliser la perspective de genre dans la réforme de l’ONU. Dans les directives du plan-cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable, la question du genre est identifiée comme l’un des six principes devant régir l’élaboration des programmes. La note complémentaire relative aux principes de programmation fournit aux équipes de pays des Nations Unies (UNCT) des orientations/directives sur l’intégration de la perspective de genre dans le processus de coopération. Pour aller plus en détail dans la méthodologie, connaître les bonnes pratiques et trouver des outils pratiques et des exemples pour chacune des étapes, veuillez vous référer au Manuel de référence pour l’intégration de la perspective de genre dans la programmation conjointe de l’ONU au niveau des pays (2019). 

 
Les groupes thématiques sur l'égalité des sexes devraient être considérés comme les "moteurs clés du changement et de l’amélioration de la réponse de l’UNCT sur la question de l’égalité de sexes et de l’autonomisation des femmes au niveau national ". La version actualisée du Guide de référence à l’attention des groupes thématiques sur l'égalité des sexes est un document indispensable à consulter pour apprendre à mettre en place cet instrument et à le consolider.